Actu

2017
Repérages et écriture du film Ne me guéris jamais.
Projections du film la nuit et l'enfant.



Next

Filmographie

la nuit et l'enfant, 60’, 2015
production Survivance et hautlesmains, Paris
Prix spécial du jury à Fronteira Festival 2015 (Brésil)
Berlinale Forum 2015

les oiseaux d' Arabie, 40’, 2009
production le miroir, Paris 
Prix du moyen métrage à doclisboa 2010 (Lisbonne)
Prix du court métrage aux Ecrans Documentaires 2009 (Arcueil)
Etoiles de la Scam 2010 (Paris)
Sélection dans 20 festivals, diffusion sur des télévisions régionales et édition dvd collection à Contre-Temps

Autres

  • The visitor, clip, 2014
  • Comme nous brûlons , clip, 2011
  • A la volée avec Jean-Claude Rousseau, entretien, 2011
  • Ma part, film de fin d'études, 2005
  • Antonio, film de fin d'études, 2004
  • Next

    Bio

    David Yon est né en 1979, il habite à Marseille. En 2005, il obtient un Master 2 Documentaire de création à Grenoble/Lussas. En 2007, il concrétise avec des proches son désir de créer une revue de cinéma alliant un site internet, un livre et un dvd : Dérives.
    Son premier film, Les oiseaux d’Arabie est sélectionné dans une vingtaine de festivals (FID, Viennale, Rencontres internationales Paris/Berlin/Madrid) et remporte les prix du moyen métrage à Doclisboa 2010, du court métrage aux Ecrans Documentaires 2009 et une Etoile de la Scam en 2010. En 2015, il termine La Nuit et l’enfant (Sélection au Festival international du film de Berlin - Berlinale section Forum 2015 et Prix spécial du jury au Fronteira Festival 2015 (Brésil)). Le film a bénéficié d’une sortie en salle le 7 septembre 2016.
    Son travail de réalisateur s’est toujours accompagné d’une volonté de partage, de transmission et d’échange autour du cinéma. Il est enseignant associé à l’Université Grenoble Alpes, anime des ateliers et programme des films dans différents lieux.

    Revue de presse


    David Yon suit l’errance nocturne d’un homme et d’un garçon en quête d’oubli dans l’Atlas algérien. Une sublime métaphore de la guerre et du passé. (Luc Chessel, Libération, 7 septembre 2016)

    La Nuit et l’enfant est une traversée, dont chaque plan est un tableau en clair-obscur, qui n’est pas sans rappeler le cinéma de Tariq Teguia. Nul besoin de faire le récit, il faut se laisser emmener par les fragments, les sensations que procurent ces images en forme de peurs enfouies, ou de rêves toujours présents. (Clarisse Fabre, Le Monde, 22 août 2015)

    Dans sa première moitié, La Nuit et l’enfant fascine par son atmosphère, son travail sur les couleurs et les ombres, créant un univers à la frontière du visible. Mais David Yon ne se limite pas à cette veine contemplative, et le film bifurque ensuite vers des rivages plus surprenants, jouant de mises en abyme, flirtant avec le fantastique, s’ouvrant à d’autres voix. (Gildas Mathieu, Critikat, 6 septembre 2016)

    Une plongée esthétiquement et spirituellement splendide, confrontant la quête de soi à l’Histoire. (Gilles Tourman, Les Fiches du Cinéma, 7 septembre 2016)

    Voici un film des plus exigeants et poétiques pour notre regard. Nous y errons entre le visible et l’invisible au milieu des ténèbres. Éclairés seulement par une torche enflammée ou un éclair d’orage. Déchirures de lumière. Annonces de vie ou de mort ? L’atmosphère que capte David Yon nous saisit, physiquement, sensuellement, d’effroi. (Daisuke Akasaka, New century new cinema, classement dans le top 10 des meilleurs films de l’année 2015)

    Dans le milieu culturel on tente de résister à la froideur politique, de créer une empathie pour ceux qui fuient, de faire comprendre leur situation, de provoquer une prise de conscience. Mais la bonne volonté ne réussit pas toujours à aboutir à une forme artistique qui nous amène au-delà de notre propre vue des choses. Dans "La nuit et l'enfant", David Yon y parvient à l'aide de moyens à la fois simples et forts, et de décisions artistiques radicales. Radicales parce que la violence qui a provoqué la fuite n'y figure pas. (Maxi Obexerf, journal taz, 2015)

    On s’entretient devant les films éveillés. On se relève de son indolence bénigne pour aviver sa conscience. On réserve son attention pour faire vivre le sens de l’œuvre afin qu’elle dresse un sentiment en nous. Les Oiseaux d’Arabie (2009) de David Yon est de ceux-là, orchestrant un récitatif tavelé du claquement d’un brasier, d’un vent qui flûte ou d’une terre safran qui rougeoie. Cette partition, écrite par les éléments, chante la beauté d’une amitié tressée dans un échange épistolaire. (Flavien Poncet, revue zinzolin, 2013)

    The first, a debut film, was a work of particular poise and maturity: following the correspondence between Simone Weil and a Spanish prisoner of war in the early 1940s, Yon combined documentation of the letters and accompanying photographs with a poetic visual collage of the locations in their present state. (Daniel Fairfax, Senseofcinema, 2009)

    Et je ne doute pas qu'un cinéma personnel puisse en procéder, à cette façon que vous avez de trancher dans les propos de Bresson, Mekas ou Cavalier les lignes d'un art poétique trop marqué pour n'avoir pas préexisté, chez vous, à la découverte de ces auteurs : non au théâtre, oui au documentaire, au scénario ouvert, à l'invisible dans le visible, au surnaturel dans la matière, à la dilatation du temps, à la simplicité qui vibre. (Sylvain coumoul, les cahiers du cinéma, 2002)
    Next